Nos conf’s

Des lendemains qui chantent
Jacques

Nous n’avons pas toujours vécu à genoux. En fait, notre classe sociale n’a jamais cessé de lutter. Jamais complètement. Des chants sans nom ont accompagné ces combats. Retrouvons-les…pour qu’on se redresse de nouveau…et qu’adviennent, enfin, des lendemains qui chantent !

Ecole, société anonyme
Alice et Manu

L’école est un investissement durable. Pour les enfants. Pour les parents. Pour la société. Et surtout pour la finance. La lutte des places est en marche. Entre contradictions et compétition, quel idéal pour renverser le paradigme en notre faveur ?

Radical!
Sébastien et Amaruy

Deux activistes ayant la mauvaise habitude de courir d’une action de désobéissance civile à l’autre en passant par leur potager ou leur GASAP, tout en assumant un temps plein dans le domaine de l’éducation non-formelle, s’arrête un instant…non, ralentissent un instant pour se demander de quelle manières leurs actions servent à combattre les injustices ici et ailleurs ? Ce dont ils sont certains, c’est qu’on pourrait faire mieux dans le domaine des luttes sociales et écologiques mais pour cela, il faudrait davantage travailler ensemble (pfff, facile à dire…) et aussi adopter des stratégies de luttes radicales. Ah oui mais ça veut dire quoi radical? Ils ont une idée mais ils aimeraient aussi avoir votre avis sur la question !

Tous analphabètes !
Fabien et Vicky

Qui réussirait haut la main la dictée Pivot ? Qui peut se vanter d’avoir lu Kant et en plus… d’avoir tout compris ? Pas nous ! Depuis de nombreuses années, toujours le même chiffre : 10% de la population est analphabète. Les compteurs ainsi que les efforts qu’on déploie seraient-ils bloqués ? Qui sont les personnes qui se cachent derrière ce 10% ? Nous, travailleurs en alphabétisation, pris entre le marteau des politiques d’intégration, d’activation, des subsides et l’enclume des  méthodologies et des pédagogies, on cherche, on cherche… Eux, les apprenants, ils veulent apprendre….vite!

Un pauvre c’est comme un compte en banque, ça se gère. La méritocratie au service des plus riches
Thierry

Un Bruxellois sur trois est pauvre. Le problème avec le pauvre, c’est qu’il coûte de l’argent à l’Etat. C’est pour ça qu’il faut l’activer. Parce que du travail il y en a, il suffit de le trouver, enfin, c’est ce qu’on dit ! Cette conférence gesticulée abordera un des concepts-clés dans l’imaginaire libéral pour encadrer la précarité et la reproduire : la méritocratie.

Cendrillon fait grève
Karima

Cette Cendrillon a subi des déconvenues et s’est rebellée, elle ne croit plus au prince charmant qui viendrait la délivrer d’une domination pour lui en imposer une autre, mais en l’Autre comme un allié.  Elle s’écrit une autre vie que celle qu’on lui avait défini, elle prend conseil auprès de sa marraine Olympe et de ses nombreuses grandes sœurs : Christine, Simone, Virginia, Angela, Virginie, Benoîte, …  Confrontée aux injustices matérielles que le système patriarcal lui impose, elle interroge sa (pré)destinée aux vues de statistiques percutantes et décide de ne plus la subir, de se mettre en marge, de se mettre en grève et de prendre la parole.

Souriez, vous êtes surveillez! Ou comment on se prépare une dictature technologique imparable
Geneviève

Cette conférence aborde notamment les problèmes de :

  1. Interrogeons les frontières visibles et invisibles qui nous entourent, en partant de nos maisons jusqu’à l’ultime limite de notre planète, la couche atmosphérique.
  2. Pourquoi sommes-nous englués dans l’angoisse collective sur le sentiment d’insécurité ?
  3. Interrogeons-nous sur la peur de « l’autre » qui semble gagner nos civilisations à mesure que progresse la mondialisation économique et sociale et du développement technologique qui y est lié.
  4. Quelles sont les infrastructures ( de la plus petite à la plus grande) qui ont pour but de nous sécuriser et y a-t-il une dérive à ces technologies ? Qui finance ces infrastructures  et essayons de prendre conscience des masses colossales d’argent liés à ces dépenses.
  5. Indignons-nous !

Voile et autres tissus de mensonge
Hélène

Dans ce monde qui se divise, juste une occasion d’entendre autre chose sur les Musulmans et Musulmanes et le fameux voile. Et s’il était possible de l’envisager autrement ? Une invitation à faire un pas de côté, à prendre conscience de nos préjugés ainsi que de ceux véhiculés dans le discours ambiant. A partir de ses expériences de quartier et de voyages, Hélène défend le vivre ensemble, elle développe son point de vue et le partage avec vous: réflexions à trier et peut-être à emporter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *