Aux suivan t s !

Et merde… je ne m’en sors pas avec ce programme pour écrire ma page.                                         Je n’arrive pas à importer des images, des affiches, des photos, des textes…

Décidément je vieillis. Je finirai par passer pour un con et je voudrais faire croire aux jeunes que mon expérience personnelle, professionnelle, citoyenne mérite d’être transmise pour le plus grand bien des générations futures ?

Prenez le risque, une heure de votre temps, de suivre ma conférence à ce propos.

Comme dans la vie, tout se termine par des questions.

Retrouvons-nous après mes gesticulations pour des échanges,                                                         un débat, un atelier ou un verre.

Au Théâtre National, en juin 17, le premier essai à l’issue de la formation avec le collectif  La Volte s’est prolongé au bar.

En octobre, à la Foire aux Alternatives d’Aywaille, la conférence a servi de lancement à la nouvelle saison du Café Philo local. Quelques jours plus tard la première rencontre abordait avec philosophie la question de la transmission.

En novembre, avec Olivier, nous avons collaboré avec l’Université des Aînés de Louvain-La-Neuve. Des séances de deux heures, quatre mardis de suite. Nos deux conférences et deux ateliers. Une participation dynamique qui débouche sur des questions pratiques du lien des projets en alternative à la récupération politique. Et le partage électronique de nos adresses. Merde… une nouvelle adaptation ?

En décembre, une maison communautaire à Thimister m’invite à lancer leurs échanges mensuels réguliers autour d’une question : « La transmission peut-elle créer de la nouveauté ? »

A chaque fois, l’expérience m’aide à comprendre mieux mes propres propos, à les éclaircir, à les compliquer. La conférence ne sera jamais totalement la même.

Heureusement vous non plus ! Voyons-ensemble comment vos questionnements et mes fausses certitudes peuvent se croiser, un jour, un soir, autour d’un événement local à créer ensemble. Mon moteur reste de voir nos rencontres alimenter nos futures actions transformatrices de l’irréel qui nous entoure.

Le catalyseur     /      jacques.dehaese@gmail.com       /       Aywaille, en Province de Liège

Un espace dégagé de trois mètres sur deux peut suffire   /                                                                 Mon matériel tient dans une malette    /                                                                                                      Malvoyant je peux avoir besoin que l’on vienne me chercher à une gare   /                                 Mes prix se discutent   /

A bientôt

Jacques